Vœux pour un chœur d’hommes

Vœux pour un chœur d’hommes

Vœux pour une chorale et en ce qui nous concerne, un chœur d’hommes

En ce début d’année que pouvons-nous souhaiter aux membres d’une chorale sinon qu’ils produisent une excellente musique et donc, avant tout, qu’ils s’accordent.

Mais comment les choristes peuvent-ils s’accorder ? Quelle est la recette pour avoir une chorale magique ? Les deux ingrédients de base sont la partition et le chef de chœur. Et avec cela on fait quoi ? Comment obtenir l’accord tant recherché ?

 

La partition

Le but visé c’est de chanter une œuvre ; en général, celle-ci se présente d’abord sous les traits d’une partition. Les choristes doivent savoir leur partition. Dire ceci a un sens même s’ils ne connaissent pas le solfège : cette partition ils doivent l’avoir en tête, peut-être même la savoir par cœur ; dans tous les cas la partition doit rester bien présente. La partition c’est le projet même de la musique ; la partition, qu’on l’ait sous les yeux ou qu’on l’ait dans la tête, reste un projet à réaliser ; seule cette réalisation donnera une vie véritable à une œuvre musicale. Cette partition il reste maintenant à bien la chanter, en particulier à bien la chanter ensemble. C’est ici que le chef de chœur intervient.

Le chef de chœur peut aider les choristes à apprendre leur partition, en particulier chaque pupitre, c’est certainement une partie de son rôle, mais cela n’est pas le principal objet de son travail. L’objet de ce travail – et aussi le but du chant choral – c’est de faire chanter les choristes ensemble ou, en d’autres termes, de les faire s’accorder. Comment cela peut-il se faire ? En fait, rien de moins évident !

 

L’interprétation

Il y a une illusion – peut-être issue du discours entendu dans le cadre d’une première formation musicale – qui consiste à croire qu’il n’y a qu’une façon de chanter une note donnée. En fait rien n’est plus faux et toute note écrite fait l’objet, au moment de l’exécution, d’une interprétation. Si un chanteur est seul (et c’est le cas du choriste qui répète tout seul chez lui) il a toute latitude pour choisir son interprétation. Mais dès qu’il y a plus d’un chanteur et plus d’une partie musicale, il faut bien qu’un accord soit trouvé sur la façon dont chaque note sera interprétée. C’est donc au chef de chœur que revient cette mission de trouver comment les choristes pourront au mieux s’accorder, sur chaque note, chaque mesure, chaque phrase, …

 

Le travail du chef de chœur

Comment cet accord se fait-il ? Comment arrive-t-on à produire un tel accord ?

On a dit que Mozart avait déclaré : faire de la musique c’est mettre ensemble des notes qui s’aiment. Mais l’expérience du chant choral montre que çà n’est pas si simple, pourquoi ? Parce que les notes ne peuvent s’aimer avant d’être produites ! Parce qu’on ne sait vraiment ce qu’est une note qu’au moment même où on la produit – il faut même ajouter : que lorsqu’on la produit avec d’autres ; ce qu’on a dans la tête avant de la chanter n’est encore qu’une idée imparfaite, une sorte d’esquisse ; la bonne note à produire, on ne la connaît donc que lorsque tous les pupitres, toutes les voix, ont essayé de produire la leur et que l’on a observé qu’elles s’accordaient effectivement ! Le chef de chœur est là pour conduire les choristes à ces moments privilégiés et pour les aider à s’attacher à les reproduire.

On comprend donc qu’il faille beaucoup de temps – et évidemment d’écoute attentive des autres et de soi-même – avant que chacun ait trouvé une interprétation qui commence à donner satisfaction. C’est tout à l’opposé de l’idée qui voudrait qu’en réunissant quelques bons lecteurs (comme on dit) on pourrait produire sans aucun travail quelque chose qui serait vraiment de la musique. Produire de la musique demande donc toujours beaucoup de temps et de patience ; çà n’est jamais une chose qui vient toute seule. Même si, pour le public, pour l’auditeur, et lorsque tout le travail a été réalisé, une belle interprétation semble couler de source ; une telle interprétation ne laisse justement paraître aucun effort ni aucune difficulté. Et pourtant que de travail en commun il a fallu mener avant d’aboutir à un tel résultat ! Pas étonnant que le terme qui caractérise peut-être le plus le chant choral soit le mot…répétition !

 

Celle du Chœur d’hommes d’Alsace Bossue recommence mercredi prochain, le 8 janvier 2020.

 

À propos de l’auteur

Christian editor

    Laisser un commentaire